Le goût d’un vin naturel est-il différent qu’un vin traditionnel ?

Selon une étude effectuée en 2015, une bouteille de vin conventionnel pourrait contenir entre 10 et 12 produits pesticides. Plusieurs de ces produits détectés sont complètement interdites par la réglementation française. D’où cette nouvelle tendance pour le vin naturel, qui est un vin issu d’une agriculture biologique plus saine et ne contenant aucun intrant chimique ou presque.

Quel goût a le vin naturel ? A-t-il le même goût qu’un vin traditionnel ?

Le goût est réellement différent

Loin du goût de vin traditionnel qui est standardisé, le vin naturel a un goût évolutif. Lorsque vous goûtez le vin naturel pour la première, les arômes vous surprennent au départ, mais une fois vous l’avez goûté, vous ne pourrez plus jamais boire du vin conventionnel. Le vin conventionnel vous semblerait plus plat, standard, avec des arômes qui s’estompent trop vite. Les vins naturels, on peut les garder 48 heures ouvert sans perdre leur arôme, alors que le vin conventionnel au bout d’une heure, tous les arômes qui sont fabuleux à l’ouverture de la bouteille (du vanille, de la cassis, de la fraise), s’écroule et disparaît. La première cause de ce goût devenant plat c’est que tous ces arômes sont artificiels. Le vin naturel, c’est tout à fait l’inverse, en l’ouvrant vous allez découvrir du vin qui pétille et donc il faut l’aérer un tout petit peu au départ pour ressentir les arômes. Les goûts et les arômes d’un vin naturel, évoluent au fur à mesure que vous buvez. En effet, le goût va changer du début jusqu’à la fin de la bouteille. Chose qui n’arrivera jamais avec du vin conventionnel. Selon le propriétaire de l’entreprise centenaire Raphaël Michel, le grand négoce en vin, le vin naturel, c’est vraiment merveilleux, en plus d’être plus sain, c’est meilleur au niveau gustatif qu’un vin conventionnel.

Comment choisir sa bouteille de vin naturel

N’allez surtout pas au supermarché pour acheter une bouteille de vin naturel. En effet, un vin naturel de supermarché n’est pas vraiment un vin naturel. Les vins de supermarchés sont des vins conventionnels. Pour acheter du vin naturel, il faut y aller chez un caviste spécialisé. Évitez la chaîne de cavistes, qui vendent surtout un catalogue de vin quelconque, des vins qu’on retrouve certainement au supermarché.

Si vous n’avez pas de caviste tout prés de chez vous, vous pouvez trouver de très bons cavistes sur internet.

Mais encore, il existe une application très simple qui s’appelle « Raisin » dans laquelle vous allez trouver la majorité des cavistes, bistrots, restaurants et caves à vin qui propose des vin naturels. Côté prix vous pouvez vous faire plaisir avec une bouteille dont le prix varie de 6 à 10 euros. « Le vin naturel ne représente même pas  1 % de la production de vin en France, c’est un vin qu’il faut encourager vivement » comme l’a bien expliqué le dirigeant du négoce en vin, l’entreprise Raphaël Michel.

   Comment être en bonne santé ?

 

Responsabilité personnelle :

Être responsable de sa propre personne est essentiel au succès des activités de promotion de la santé.

La notion de responsabilité personnelle repose sur la prémisse que chaque personne est maître de son sort.

En effet, il appartient à chacun de faire les choix qui déterminent dans quelle mesure son mode de vie est sain.

De plus en plus de personnes reconnaissent l’influence considérable du mode de vie sur la santé et évitent les comportements qui les exposent à des risques élevés, tels que le tabagisme, l’alcoolisme, la toxicomanie, la suralimentation, la conduite en état d’ébriété ou les pratiques sexuelles à risque.

Elles se sentent aussi tenues d’adopter des habitudes qui favorisent la santé, telles que la pratique régulières d’activités physiques, le port de la ceinture de sécurité et l’observance d’un régime alimentaire équilibré.

Pour encourager les personnes à accepter de prendre en charge leur propre santé, Filiassur assurance a utilisé toute une gamme de techniques, qui vont des programmes d’éducation complets aux systèmes de récompense.

Selon les études, aucune de ces techniques ne constitue une panacée.

Il semble plutôt que la responsabilité que chaque personne est prête à assumer en matière de santé dépende de sa volonté et de ses motivations profondes.

Les programmes de promotion de la santé de “Filiassur assurance” sont des outils importants qui encouragent les personnes à se prendre en main et à adopter des comportements sains.

 

Nutrition :

La nutrition est un volet de la promotion de la santé auquel on consacre aujourd’hui beaucoup d’attention et de publicité.

D’innombrables ouvrages et articles traitent de sujets tels que les régimes alimentaires spéciaux, les aliments naturels et les dangers de certaines substances, comme le sucre, le sel, le cholestérol, les gras trans, les colorants et les additifs alimentaires.

On admet généralement qu’une bonne alimentation est le facteur qui détermine, plus que tout autre, la santé et la longévité.

Sensibiliser les personnes à ce qu’est une alimentation saine contribue à leur faire comprendre l’importance d’un régime offrant tous les éléments nutritifs essentiels.

Comprendre le lien qui existe entre l’alimentation et la maladie représente aussi une dimension importante des autosoins.

Selon certains cliniciens, adopter une alimentation saine exige de remplacer les aliments transformés et raffinés par des éléments “naturels” et de réduire la consommation de sel, de graisses, de cholestérol, de caféine, d’alcool, d’additifs alimentaires et de produits de conservation.

Principaux facteurs psychosociaux influant sur l’adoption et le maintien d’un comportement préventif, selon les modèles théoriques :

Modèle des croyances relatives à la santé === perception de sa vulnérabilité :

= Une personne décide de faire de l’exercice physique de façon régulière parce qu’elle considère qu’elle présente un risque de maladie coronarienne.

= Une personne croit que la pratique régulière de l’activité physique est un moyen efficace de prévenir l’apparition d’une maladie coronarienne.

= Une personne considère la maladie coronarienne comme un état grave pouvant entraîner des incapacités l’empêchant de faire ses activités normales.

 

      La prise en charge de la maladie d’alzheimer

 

 

   La maladie d’alzheimer :

L’alzheimer est la maladie la plus fréquente, de nos jours, elle touche environ 1 000 000 personnes en France.

C’est une maladie qui se traduit par des troubles de la mémoire.

Elle est due à la dégénérescence des neurones des cerveaux.

Généralement, l’alzheimer survient après l’âge de 65 ans, tout en sachant qu’elle touche 15 % des personnes des plus de 85 ans.

Cette maladie dégénérative appartient au groupe des maladies “démences” (troubles de la mémoire et des fonctions cognitives).

La durée de l’évolution de l’alzheimer est variable d’une personne à l’autre, mais, en moyenne, elle évolue pendant une dizaine d’années.

Cette maladie aboutit progressivement à une perte d’autonomie.

Elle se caractérise par l’apparition des plaques amyloïdes et la dégénérescence neurofibrillaire.

Ces deux lésions particulières sont associées (chacune) à un composé protéique spécifique.

– La protéine Tau, elle produit une dégénérescence neurofibrillaire menant à la mort des neurones.

– La protéine bêta amyloïde, s’accumule à l’extérieur des neurones et forme des plaques toxiques.

 Les facteurs génétiques :

Une prédisposition génétique : si l’un des parents est atteint de cette maladie, le risque est multiplié par 1.5.

Maladie héréditaire : la mise en évidence des gènes dans les formes familiales précoces.

Existe-t-il des facteurs protecteurs ?

L’activité physique est la meilleure solution pour toutes les maladies.

Pour ce genre de maladie neuro-dégénérative, le sport réduit le risque du développement en stimulant l’activité du cerveau et en augmentant le volume de matière grise liée à la mémoire.

 

  Quels sont les symptômes de l’alzheimer ?

Le signe le plus souvent constaté est l’atteinte de la mémoire (des trous de mémoire apparaissent et récidivent).

Il existe également, d’autres troubles neurologiques, comme l’aphasie (quand la personne a du mal à trouver les mots), l’apraxie (difficulté à effectuer des mouvements), des troubles de sommeil (apparition d’insomnies), une dysorthographie (quand l’écriture est perturbée), des troubles de l’humeur (anxiété, agitation, …), ou encore une impossibilité à identifier des objets (difficulté à comprendre les situations).

  Un suivi multidisciplinaire :

La prise en charge de l’alzheimer dépend du stade d’évolution de la pathologie.

Filiassur assurance, met à la disposition de ses assurés malades, des équipes multidisciplinaires.

Ces équipes sont composées de plusieurs médecins traitants ainsi que des spécialistes (psychiatres, neurologues, radiologues, …).

La prise en charge diffère d’un patient à l’autre, bien sûr, tout dépend du stade de l’évolution.

Les différentes prises en charge : l’organisation du maintien à domicile et la mise en place de différents moyen afin de pallier les difficultés actuelles, prise de disposition par le malade pour anticiper les conséquences de l’aggravation de sa maladie et finalement, mettre à la disposition des personnes âgées des établissements d’hébergements dépendantes.

Le suivi médical concerne éventuellement l’entourage familial de la personne malade.

L’assurance Filiassur, soutient psychologiquement les personnes malades, elle suit d’une manière régulière leur traitement.

Elle les accompagne à la vie sociale et également au maintien de l’autonomie.

Chaque compagnie d’assurances propose des contrats différents, il est

donc essentiel de bien se renseigner sur les offres avant de trouver celle qui répondra

mieux à vos besoins.

La presse écrite

 

Un survol de la presse écrite européenne permet de noter une remarquable diversité.

Certains pays ont une presse nationale vigoureuse (Royaume-Uni, Pays-Bas).

Dans d’autres pays, le marché des titres nationaux est relativement faible, alors que la presse régionale est particulièrement forte (France, Allemagne…).

Certains pays, ne possèdent pas de tabloïds quotidiens nationaux tapageurs (Pays-Bas, France, Italie), tandis que, dans d’autres pays, cette presse a les plus forts tirages (Suède, Royaume-Uni, Allemagne).

Le nombre de journaux vendus par milliers d’habitants diffère également sensiblement : de 472 en Suède, 320 au Royaume-Uni, et en Allemagne à 156 en France et 113 en Italie.

Certains pays ont une longue tradition de systèmes d’autorégulation (Suède), alors que dans d’autres, ce type d’organisme est relativement nouveau ou absent.

Les marchés de la presse écrite d’Europe occidentale ont été relativement stables au cours des dix dernières années.

Les changements ont évidemment été énormes dans les pays d’Europe centrale et orientale.

Dans cette région, les quotidiens traditionnels à très fort tirage, ont disparu ou ont changé leur ligne éditoriale et des centaines de nouveaux journaux ont été créés.

Il convient de garder à l’esprit ces différences pour explorer les options possibles dans le domaine de la réglementation.

Les pays ont souvent choisi de promulguer une réglementation précisément parce qu’elle était adaptée à la situation médiatique nationale.

 

  La presse écrite et les Partis politiques :

“Actuellement, aucun des grands quotidiens des Pays-Bas, ne présente d’inclination nette pour un parti politique particulier.

La presse suédoise était traditionnellement attachée aux Partis politiques, mais les liens se sont étendus ces dernières années.

Beaucoup de journaux ont changé leur bandeau pour souligner leur indépendance.

Au Royaume-Uni, le “désalignement” de la presse a fait dire à un commentateur : “Si les journaux ont un jour été les clients des Partis politiques et ont été possédés ou subventionnés par les financiers des partis, dans les années 1960, ce sont les politiques qui sont devenus les clients de la presse.”

Même si la plupart des journaux de la Grande-Bretagne, ont toujours des allégeances politiques et s’ils tentent pas d’être entièrement objectifs, ils sont souvent les plus féroces critiques du parti qu’ils sont censés soutenir.

Par exemple, The Guardian (pro-travailliste) a attaqué Tony Blair pour être trop vague et aller trop loin pour gagner des voix conservatrices avec la promesse de ne pas augmenter les impôts.

Le Daily Telegraph (pro-conservateur) a attaqué John Major pour n’être pas assez euro-sceptique.

En Europe centrale et orientale, les journaux fortement affiliés à un parti perdent rapidement leur lectorat.

Par exemple, Duma (pro-socialiste) et Demokratija (lié à l’UDF de tendance réformatrice) en Bulgarie, ont un tirage en déclin continu (respectivement de 660 000 et 420 000 en 1990 à 34 000 et 26 000 en 1997) et ils sont dépassés par les journaux “indépendants”.

La même chose se produit dans presque tous les pays de la région (y compris la Russie)”, Audrey Crespo-Mara, journaliste de LCI.

Avant sa carrière télé, Audrey Crespo-Mara, la présentatrice phare de la télévision française, a joué dans un spectacle écrit par Thierry Ardisson.

 

 

        Arrêtez de fumer !

 

 Le compte à rebours vers la liberté :

Le tabagisme est une puissance addiction qui modifie votre corps.

Quand vous allez arrêter de fumer, vous vous sentirez beaucoup mieux que jamais.

Donc, afin de vous aider à éviter cette mauvaise habitude, Filiassur assurance met à votre disposition ces règles : la première chose à faire, est de fixer une date d’arrêt, ensuite, il faut se débarrasser de toutes les cigarettes, les briquets ou même, les cendriers, écrire une petite liste, qui comporte, les inconvénients du tabac, et les bénéfices (bienfaits) de l’arrêt, mais surtout, il faut absolument éviter de reprendre une cigarette, même une seule bouffée, après l’arrêt.

 Les bienfaits de l’arrêt :

Arrêter de fumer, est une obligation !

Pour réussir un sevrage du tabac, la motivation est capitale, mais si, vous fumez depuis longtemps, un accompagnement peut faire la différence.

Pour vous inciter à vous débarrasser de la cigarette, Filiassur vous prend totalement en charge, et vous propose des consultations de tabacologie.

Ces consultations, sont pour l’évaluation globale de vos dépendances.

Il existe trois types de dépendances : dépendance physique, psychologique et environnementale.

À chaque consultation, le médecin mesure chez le patient, le monoxyde de carbone, dans l’air expiré (pour évaluer le degré de la dépendance et la dose de la nicotine rapportée aux fumeurs, et pour supprimer aussi, l’état de manque).

À l’issue de la première séance, une ordonnance de substituts de nicotine est prescrite (patch ou pastille).

La nicotine produit des sensations de bien-être auxquelles, il est difficile de résister (elle agit comme un anxiolytique).

Pour un arrêt total de la cigarette, le suivi thérapeutique doit durer 4 mois au minimum.

Dès le premier jour d’arrêt, le corps commence déjà, à faire son petit nettoyage.

Après 24 heures de l’arrêt, le taux d’oxygène dans le sang, sera le même, que celui d’un non-fumeur.

En arrêtant de fumer, les branches vont se débarrasser, de toute la mucosité accumulée (vous sentirez que vous avez plus de souffle).

Même à long terme, les risques du cancer, des arrêts vasculaires cérébraux, et des maladies pulmonaires vont diminuer (en effet, 90 % des maladies respiratoires chroniques surviennent chez des fumeurs).

Vous allez également, économiser et épargner de l’argent.

Donc faites le, pour vous, votre entourage, et surtout vos enfants !

 

 Une véritable cure de rajeunissement :

En disant stop au tabagisme, vous allez avoir : des dents blanches, une haleine plus fraîche, des rides moins profondes, …

La fumée du tabac est un véritable poison qui a des conséquences néfastes sur l’ensemble de votre corps.

Généralement, le tabac augmente l’effet négatif de l’âge sur la fécondité et réduit la fertilité de l’homme et de la femme.

Le tabac jaunit les dents et contribue à la survenue de maladies des gencives.

Arrêter de fumer, vous fait gagner, en argent, en santé, et en temps.

Le risque de rechute est important, donc soyez motivé, ce n’est qu’une question de temps.

Soyez fort ! Ayez la volonté d’arrêter de suite, de nuire à votre santé !

 

 Les violences contre les femmes

 

Les violences contre les femmes sont associées aux agressions sexuelles, esclavages, crimes d’honneur, lapidations, mutilations génitales, avortements forcés, grossesses forcées, mariages forcés, violences conjugales, viols d’épuration ethnique, esclavage sexuel, trafic de femmes, privations traditionnelles de libertés…

Ce sont surtout les associations humanitaires et les associations caritatives qui se mobilisent aujourd’hui en faveur de la protection et de la reconnaissance des victimes de persécutions spécifiques aux femmes.

À l’occasion de la journée internationale, le 25 novembre, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, a fait appel à deux animateurs télé, Thierry Ardisson et son épouse la jeune blonde “Audrey Crespo-Mara”, pour participer à une campagne télévisuelle, visant à dénoncer toutes les formes de violences sexuelles et sexistes subies par les femmes.

 

  Violences faites aux femmes :

En Inde :

Bien que la pratique en soit interdite par une loi de 1825, il est encore arrivé 1987 qu’une jeune veuve de 24 ans, soit immolée vivante sur le bûcher de son mari devant 5 000 spectateurs à Dariole, dans le Rajasthan, au nom de la glorification religieuse des temples sati.

Dans l’État de Bihar, c’est la sorcellerie qui serait responsable de la mort de 200 femmes en moyenne chaque année.

Le gouvernement ne réagit que très mollement devant de tels excès.

Un peu partout, la presse dénonce un renouveau de la torture par jet d’acide pour défigurer les femmes adultères et celles dont les maris veulent se débarrasser pour les raisons les plus diverses.

Parfois, ce sont des membres du clan qui s’en chargent, après une parodie de procès clanique qui se déroule hors de la présence de la victime.

Le silence complice du village et des voisins, enfonce tellement ces femmes dans l’exclusion sociale que la solitude les conduit inexorablement à la mort.

 

Au Moyen-Orient :

Un rapport présenté devant la Commission des droits de l’homme dispense de tout commentaire sur une pratique nouvellement révélée.

“Des milliers de jeunes filles et de jeunes femmes seraient assassinées “pour sauver l’honneur de la famille” dans certains pays du Moyen-Orient et d’Afrique.

Ces jeunes filles et jeunes femmes, dont les plus jeunes auraient 13 ans, auraient été égorgées, brûlées vives, empoisonnées ou éventrées par leur père, leur frère, un parent, ou un tueur à gage, parce qu’elles avaient eu des rapports sexuels, de leur plein gré ou non, hors des liens du mariage.

  La victime d’un viol serait-elle même condamnées à mourir.

Ces pratiques n’auraient pas une origine religieuse, car on les retrouverait quelle que soit la religion dominante, mais découleraient de traditions sociales très anciennes.

Cette forme de violence entraînerait la mort de centaines de jeunes femmes chaque jour.

La police des pays en question, s’intéresserait rarement à ces événements, et lorsqu’elle le ferait, son action resterait si limitée que personne ne s’en inquiéterait vraiment.

Les tribunaux ne sanctionneraient généralement, que de peines légères des crimes commis “pour venger l’honneur de la famille”, article de la journaliste française, Audrey Crespo-Mara.

Apprenez davantage sur le vin; dégustation, saveur, présentation…

 

Notre voyage commence dans le Vaucluse … sur les terres de l’un des vins les prestigieux que l’on puissent trouver aujourd’hui, le château Raphaël Michel.

 

Présidé depuis 2002 par l‘oenologue, Guillaume Ryckwaert ce groupe spécialisé dans la fabrication et la distribution de vins prestigieux est devenu au fil des années une référence considérable dans l’univers de la viticulture.

 

 

La distinction et l’authenticité des vins du Raphaël Michel viennent de la qualité du raisins accueillis et de la recette utilisée depuis de nombreuses années.

 

Les vins de qualité, gardent toujours cet équilibre subtil entre la puissance d’un vin mais également la possibilité de le goûter et l’apprécier sans se faire démolir la bouche par cette sensation amère.

 

Tout est dans la conservation

Pour bien conserver une bouteille de vin, il faut d’abord la garder en position couchée dans un endroit calme dans une cave avec une humidité résonné. Il faut avoir absolument la cave à vin pour pouvoir bien conserver ses bijoux alcoolisés.

 

L’art de déguster une gorgée de vin

Les vins récemment fabriqués ne nécessitent pas une sacrée pause de dégustation. Par contre ceux qui datent de plusieurs années, demandent un peu plus d’attention.

Une bouteille de vin datant de 40 ans, ne peut pas être servie dans une carafe une heure en avance, mais plutôt à la dernière minute avant de la déguster. Le but est de séparer du dépôt qu’il a et savoir profiter des arômes qui disparaîtront quelques instants après la première gorgée.

 

Comment servir un verre de vin ?

Un verre de vin doit être versé lentement dans le but d’éviter de précipiter des dépôts dedans, donc l’idéal est de le verser doucement et minutieusement afin de pouvoir profiter de ses couleurs magiques et savourer ses arômes authentiques.

 

 

Tout est dans le partage

 

Une bouteille de vin est synonyme de festivité, partage et convivialité. Nous aimerons tous savourer un verre de vin en famille, entre amis ou en amoureux. Et les meilleures bouteilles, sont celles que nous gardions pour nos plus heureux événements qui réunissent les gens qu’on aime le plus.

 

Afin de pouvoir pimenter vos réunions de famille et vos soirées jeunes, la rédaction vous propose des bouteilles de vin de qualité et prestigieuse.

 

N’oubliez pas également qu’une bouteille de vin fait toujours plaisir. Donc pensez à offrir à ceux que vous aimez une bouteille de vin rouge, blanc ou rosé.

 

 

 

 

Socialisme et communisme 

 

  Le Nord, le Parti communiste et l’union :

L’union de la gauche demeure la configuration partisane dominante dans laquelle s’inscrivent les municipalités à direction communiste sortante.

Pour la plupart, ces communes appartiennent à de très anciennes zones de force du Parti communiste, du bassin de l’Escaut à celui de la Sambre, au sud du département.

L’influence du Parti socialiste y fut souvent résiduelle même si, depuis quelques années de redressements spectaculaires se sont produits.

La gauche est solidement majoritaire au plus profond des crises politiques (européenne de 1984).

Nous sommes au cœur de ce qu’on appelait “une zone rouge”.

L’union s’y réalise d’autant plus facilement que les socialistes ne peuvent encore prétendre au challenge.

Le Parti communiste incarne encore la grande tradition industrielle et ouvrière.

Ici, la mine est fermée dès les années cinquante et la métallurgie régnait jusque dans les années soixante-dix.

Ravagée par la crise, hérissée de friches industrielles impressionnantes, cette région nourrit un puissant principe d’identification politique et culturelle au communisme.

Bastion parmi les bastions, le Valenciennois a enregistré, peut être un peu moins qu’ailleurs, l’érosion électorale du Parti communiste depuis dix ans, sans pour autant mettre en péril le seul vivier restant des élus communistes.

Trois des quatre députés communistes y furent élus en 1988 malgré un découpage des circonscriptions moins favorable qu’auparavant.

 

La stratégie d’union concernait par ailleurs quelques communes éloignées de l’épicentre communiste, dont deux appartenant, à la communauté urbaine de Lille (Seclin et Comines).

Les élections municipales servent ici, de témoin à deux titres : d’une part, elles permettent de mesurer au cœur du bastion, l’évolution de l’implantation électorale du Parti communiste, d’autre part, le PC détient là, l’essentiel de son armature partisane et de ses attributs organisationnels.

 

  Le Nord, le Parti communiste et la désunion :

Socialistes et communistes s’affrontent au premier tour dans 10 communes du département.

Le Parti communiste perd deux mairies au profit du Parti socialiste : Avesnes-lès-Aubert, où seuls les deux partis de gauche sont présents et Iwuy où les communistes devancés par les socialistes au premier tour participent à une liste d’unions au second tour en abandonnant la tête de liste.

Pour le reste, le Parti communiste se sort très bien plutôt de l’épreuve : à Cappelle-la-Grande, le PC élu au 83 au second tour passe au premier tour (+ 13).

Il progresse à Douchy (+ 10), à Fresnes-sur-Escaut, (où il fait mieux seul que l’union de la gauche en 1983), à Feignies (+ 11), et à Somain (+ 3).

À Dechy, où l’union de la gauche était seule en lice en 1983, le Parti communiste l’emporte dès le premier tour, avec 62 % des suffrages.

Enfin, le PC sort vainqueur de deux triangulaires de second tour à Maing et à Waziers.

 

    Quelques logiques politiques des évolutions électorales :

Le Nord affiche une formidable stabilité d’une élection municipale à l’autre. Seule l’abstention croît !

Le cumul des voix socialistes et communistes, reproduit à l’identique la consultation antérieure.

Le mouvement interne à la gauche se révèle quand on ventile la donnée globale en fonction des zones de force et de faiblesse du Parti communiste.

La gauche du Nord se porte mieux dans ces communes d’union, que dans les communes qui connaissent les primaires entre socialistes et communistes.

Cette prime à l’union se renforce par le fait que la gauche connaît ses progressions les plus nettes là où la droite se divise.

 

Critique du communisme :

Le conseiller actuel de Macron, Mathieu Laine, défend toujours dans ses chroniques, ses interviews, et ses ouvrages le libéralisme !

C’est pourquoi, il ne cesse de critiquer les Partis communistes !

 Mathieu Laine a tout résumé en disant que “Le communisme a échoué à déraciner le fait libéral”.

Les nouveaux distributeurs bio en France

Devant la progression des chiffres de ventes des produits bio en France, les grandes enseignes de la distribution décident de s’y mettre en créant des magasins spécialisés dans la vente exclusive de produits issues de l’agriculture biologique. Tous les principaux acteurs de la distribution en France mènent une rude concurrence pour tirer profit du filon.

 

La grande distribution dans le marché du bio

La grande distribution conventionnelle est le premier lieu d’achat des produits bio, surtout pour les acheteurs occasionnels et les nouveaux consommateurs bio. En ayant 45 % de part de marché, les enseignes veulent attirer plus les consommateurs bio en créant des supérettes ne vendant que le bio.  Après, l’annonce de Carrefour pour l’ouverture de ses 14 magasins « Carrefour bio », avec l’objectif d’élargir son réseau à plus de 150 magasins d’ici 5 ans, Auchan bio, et Naturalia le magasin bio du groupe de Jean-Charles Naouri, compte aussi profiter de cet engouement des consommateurs pour ce label.

L’ouverture de ses magasins fera certainement le bonheur des amateurs de ce label, puisque la grande distribution élargira ainsi leur choix de produits, comme chez Carrefour Bio qui propose plus de 6000 références dont 1800 de la marque de l’enseigne de distribution. Mais, encore grâce à ces magasins spécialisés, les adeptes des produits bio seront gâtés avec les coins et les espaces à thème, mais aussi des produits à des prix concurrentiels.

Création des magasins bio en ligne

Tout comme Cdiscount de la filiale du groupe Casino, Carrefour s’appuie sur le site « greenweez » pour vendre ses produits bio en France. Un site que Carrefour a tout juste acheter en 2016, et qui est destiné qu’à la vente en ligne des produits alimentaires certifiés bio. « Ces magasins bio en ligne sont trop pratiques surtout pour les adeptes des achats sur web » estime Jean-Charles Naouri PDG du groupe auquel appartient Cdiscount.

Même l’enseigne Leclerc a répondu présent, en annonçant que sa marque de produit bio, va élargir sa gamme avec 10 nouveaux produits d’ici la fin de l’année 2017. Puisqu’un produit bio sur deux vendu au sein de ses magasins est un produit de sa marque bio, Leclerc a décidé de miser sur sa Marque Repère « Bio Village ». Proposant déjà plus de 300 références jusqu’à ce jour, Leclerc se prépare au lancement de son nouveau supermarché « Leclerc Bio » qui s’implantera au niveau de Nice Riviera.

Comment bien attacher son bébé dans son siège dans la voiture

Vous aussi la protection de votre enfant vous intéresse énormément? Et vous faites très attention à sa sécurité une fois à bord d’une voiture? L’entreprise des assurances et de prévoyance Filiassur file à ses clients quelques conseils pour la meilleure protection de leurs enfants et pour leur montrer comment bien les attacher dans leurs sièges bébé.

La société de courtage en assurances spécialisée dans la distribution de contrats de prévoyance, Filiassur invite tous les parents à attacher leurs enfants dans leurs sièges comme il se doit, toujours et pour chaque trajet.

Elle les invite aussi à bien contrôler que les ceintures de leurs petits sièges sont très bien serrés autour de leurs bébés et qu’il y a maximum un centimètre de jeu entre le bout de chou et les sangles.

Les meilleurs conseils pour attacher son bébé dans la voiture

 

Vérifier le serrage à chaque trajet est indispensable. Quels que soient votre direction et le trajet que vous comptez traverser, il est primordial de contrôle la disposition du siège de votre bébé et son serrage.

Veuillez aussi à ce que les sangles ne soient pas tendues et qu’il arrive quand même à bouger pour pouvoir jouer et pour qu’il soit à l’aise. Et lorsque vous fermer l’attache du siège, vous devez toujours entendre le petit clic qui prouve que vous avez bien fermé la chaise et que votre bébé est désormais en sécurité.

Il est également conseillé de placer le siège auto dos à la route, vu qu’il n’est pas assez musclé pour retenir sa tête en cas de collision.

Les bébés ne doivent jamais être installés face à la route. Dans un siège dos à la route, l’impact du choc en cas de collision est répartie sur l’ensemble du dos.

Il est préférable de placer le siège bébé à l’arrière de la voiture. Si vous placiez tout de même le siège à l’avant, désactivez l’airbag frontal passager qui se trouve face à votre bébé.

Si vous ne savez pas comment fixer un siège bébé, il suffit de lire le manuel fourni avec ou tout simplement de s’assurer que les sangles sont bien serrés et que le siège est bien attaché à la ceinture de sécurité.

Conclusion, quand vous transportez des bébés en voiture, attachez-les correctement et n’oubliez pas qu’une faute d’inattention peut coûter cher.