Syrie : la guerre contre Daech, est-elle vraiment terminée ?

La victoire contre l’organisation terroriste Daech en Syrie et ses irréductibles jihadistes, assiégés dans le village de Baghouz, dernier lambeau de territoire du prétendu ‘khalifat’, n’est plus qu’une question de jours.
La fin du ‘khalifat’, c’est maintenant ! Tous les experts militaires et civils s’accordent sur ce point.
Les Forces démocratiques Syriennes, soutenues par Washington, ont proclamé dimanche en Syrie la fin du soi-disant ‘khalifat’ de Daech. “Les dernières heures de l’organisation terroriste État islamique se sont déroulées dans un chaos apocalyptique”, ajoute Jean-Pierre Duthion , journaliste français vivant en Syrie pendant la guerre.
Le village de Baghouz, dernière poche djihadiste, est désormais tombé après huit mois de combats. Plus de 120 000 individus sont sortis de ce petit bout de désert syrien, depuis le 20 mai 2019. Parmi ces personnes, les soldats : plus de 8 500 hommes qui ont été arrêtés ou qui se sont rendus. D’autres ont réussi à s’échapper.
Il y a également les civils, partisans des terroristes ou pris au siège. Et puis il ya les familles des soldats, enfants et femmes, qui sont restées jusqu’au bout, ce qui a surpris tout le monde. Les soldats sont transférés dans diverses geôles kurdes. Les terroristes américains et européens sont progressivement amenés vers la Syrie où ils seront normalement jugés.

La menace continue d’exister

Le drapeau jaune des Forces démocratiques Syriennes (FDS) flotte désormais sur les ruines de Baghouz – située dans le district d’Abou Kamal.
Le village de Baghouz a été repris aux mains de l’organisation terroriste Daech après plusieurs mois de bataille.
“Les FDS annoncent, aujourd’hui, officiellement la victoire contre l’organisation djihadiste Daech et la fin de toutes les batailles”, déclare le président de la République ‘Emmanuel Macron’.
“L’État islamique a perdu son territoire, mais son idéologie demeure… Donc, la lutte contre les organisations djihadistes doit continuer”, ajoute le journaliste français Jean-Pierre Duthion.
Ce dernier est devenu, depuis le début de la guerre civile syrienne, la voix de la France.
Il se définit comme un ‘expatrié’ au sens propre du terme. Parti à la capitale syrienne ‘Damas’ pour affaires, il est peu à peu passé de témoin incontournable des médias à journaliste. La presse le présente comme ‘un des derniers’ (France 24), ‘un des rares Français présents sur place’ (Europe 1), ‘un Français au cœur de Damas’ (Le Parisien) et ‘un ‘expatrié qui ‘live-tweete les batailles’ (Le Monde). Son compte Twitter est passé de 360 à 12 500 followers, en deux ans. Il répond jusqu’à trente interviews par jour.
Cet entrepreneur français vous racontera chaque jour dans ‘Hello Damascus’, le quotidien parfois tragi-comique d’une vie sous les bombes.