Ramadan 2020 : à quelle date commence le jeûne cette année ?

La question du jeûne du mois de Ramadan en ces temps de crise continue à susciter le débat. Loin des menaces et des insultes dont se rendent coupables certains écervelés (étourdis, frivoles), des imams et responsables religieux apportent leur témoignage sur cette question primordiale pour plus de deux milliards de musulmans dans le monde.
Suite à la déclaration d’Emmanuel Macron, le chef de l’État, lundi 13 avril, il apparaît évident que nous passons les horaires de Ramadan 2020 confinés. Cela signifie donc qu’il n’y aura pas de Tarawih, prières quotidiennes du soir, exécutées après celle d’Al Isha, durant le mois de Ramadan. Cela signifie aussi qu’il n’y aura pas de repas de rupture du jeûne avec les proches, les amis, la famille…
Les déplacements doivent être limités au maximum, en respectant les gestes de barrière.
Les responsables religieux et les imams de mosquées, particulièrement les plus rigoristes, ne veulent pas entendre parler d’annulation du jeûne en raison du Covid-19. “Ce qui affecte l’immunité, l’une des principales lignes de défenses biologiques, ce sont principalement les maladies chroniques (diabète, affections respiratoires chroniques, cancer, accidents vasculaires cérébraux, cardiopathies…), l’usage de certains médicaments et le vieillissement. Les personnes qui souffrent de maladies chroniques sont dispensés par principe du jeûne”, précise Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris.
En ces temps d’épidémie, chacun peut booster son système immunitaire. Mais comment ?
À chacun sa recette ! Le Zinc, les vitamines D et C sont absolument reconnus utiles.

Message du CFCM aux musulmans de France

Le jeûne du Ramadan 2020 aura lieu en confinement, loin des réunions familiales, conviviales et des mosquées.
Les mosquées de France, comme d’ailleurs dans de nombreux autres pays à travers l’Europe, seront fermées pendant le Ramadan 2020, et ce jusqu’à nouvel ordre.
Afin de permettre aux musulmans de France à vivre leur spiritualité, plusieurs lieux de culte diffusent, via divers canaux de communication, leurs discours religieux.
“Cette pratique continuera pendant le mois de Ramadan 2020. On compte sur l’inventivité collective pour trouver des solutions alternatives minimisant l’impact psychologique négatif de cet isolement”, ajoute Mohamed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte Musulman.
Réaliser régulièrement des enregistrements vidéo et audio, et les diffuser par les réseaux sociaux (YouTube, WhatsApp, Facebook, etc.), aideraient amplement les musulmans à surmonter la contrainte de confinement. Des solutions à portée de tous sont dispos.
Le président du conseil appelle les fidèles à exprimer leur solidarité avec les plus démunis et à prendre des initiatives dans ce sens.