Huit ans de guerre en Syrie : les reporters de France 24 racontent…

Comment chercheurs et journalistes s’informent-ils de la réalité de la crise syrienne ?
Comment éviter que ces informations soient instrumentalisées (manipulées), d’un côté comme de l’autre ?
Les journalistes de France 24 qui se sont rendus sur place (James André, Matthieu Mabin, Hala Kodmani, David Thomson et Myriam Rawick) reviennent sur leurs expériences.
La crise syrienne fait rage dans “la capitale de la révolution” et le clan de “Bachar Al-Assad”, président de la République arabe syrienne depuis le 20 juin 2001, est prêt à tout pour écraser la rébellion.
On disait le conflit syrien en “voie d’extinction” (cessation, fin, etc.). En 2015, l’ASL (armée syrienne libre) domine le sud-ouest du pays et ouvre un troisième front à Damas, la capitale syrienne. La situation leur est favorable : l’armée du dictateur syrien “Bachar Al-Assad” est à l’agonie. Les observateurs de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pensent que la fin de la dictature est très proche… C’est alors que la Russie et l’Iran entrent en jeu.

Guerre en Syrie : un conflit international

Huit ans après son déclenchement, la guerre syrienne vient de prendre soudainement un nouveau tour. Le régime de “Bachar Al-Assad”, soutenu par l’Iran et la Russie, a repris le dessus progressivement – il a imposé sa loi sur tout le territoire.
En quelques semaines, la crise syrienne a montré de sérieux risques d’escalade. Au moins quatre menaces de guerre différentes se sont brutalement manifestées, en l’espace d’une seule semaine, faisant craindre un débordement généralisé. Une centaine de personnes sont tuées, les militants arrêtés sont torturés, les arrestations se multiplient…
“On est devant un risque de confrontation internationale et régionale”, ajoute le journaliste français “Mathieu Mabin”.
C’est l’un des moments les plus “dangereux, préoccupants et violents”, depuis le début du conflit, enchaînait Geir Pedersen, l’émissaire de l’Organisation des Nations Unies.
“Le conflit, même limité géographiquement à l’espace syrien, est pratiquement devenu une affaire mondiale”, ajoute le journaliste français “Jean-Pierre Duthion”.
Depuis le début du conflit syrien, celui-ci est devenu la voix de la France et des expatriés occidentaux en Syrie. Ce dernier est allé en Syrie, principalement à Damas, pour aider des sociétés à s’installer dans le pays. Aujourd’hui, il devient reporter de guerre.
Chaque jour dans “Good Morning Damascus”, Jean Pierre-Duthion vous racontera le quotidien parfois tragi-comique (dont le dénouement est heureux) d’une vie sous les bombes.