Nicolas Dupont-Aignan retrouve Audrey Crespo-Mara après son départ de TF1 


Après avoir quitté son plateau du 20 heures du TF1, le candidat à la présidentielle 2017, Nico­las Dupont-Aignan se retrouve en face de la présentatrice phare de TF1.

Présent au 20h de TF1 ce samedi 18 mars, le candi­dat à la prési­den­tielle de Debout la France a brusquement quitté le plateau avant même de dévoiler les projets de son programme.

Un geste de protes­ta­tion contre sa non-invi­ta­tion au débat prési­den­tiel orga­nisé ce lundi par la même chaîne.

Face à la déci­sion de TF1 d’exclure les « petits candidat » du grand débat qui a été télévisé la semaine dernière auquel seul les cinq premiers candidats ont participé, Nico­las Dupont Aignan s’est excusé auprès de l’animatrice et quittait tout de suite le plateau.

« Au nom des millions de français qui ne supportent plus cette loi du plus fort, cette confiscation de la démocratie, j’ai le devoir aujourd’hui de quitter votre plateau et je donne 2 jours à la chaîne TF1 pour inviter tous les candidats afin de permettre aux français d’écouter tous les candidats. Je souhaite que ce geste réveille les français sur la république et l’égalité. Et je souhaite par mon geste votre chaîne renoue un jour avec la démocratie. ».

C’est avec cette phrase que le prétendant à l’Elysée a mis fin à son interview avec la talentueuse journaliste et l’animatrice prospère de TF1 Audrey Crespo-Mara.

La jour­na­liste et l’homme poli­tique se retrouvent à l’antenne d’ici 

Toujours avec ce joli sourire aux lèvres, l’animatrice de 20h de TFI, Madame Crespo-Mara a chaleureusement accueilli le candidat à la présidentielle 2017 et le Président de la communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine en disant : « Ça me fait plai­sir de vous revoir ».

Ne montrant aucun sentiment de rancœur à l’encontre de son invité, l’animatrice du journal de 20h a vivement accueilli l’homme politique en lui demandant : « J’espère que vous n’allez pas quitter le plateau si tôt cette fois ? »

Confus, l’élu au premier tour des élections présidentielles 2017 s’est justifié « S’il y a une personne qui pouvait me reprocher ce geste, c’est vous. Je suis navré que cela tombe sur vous mais j’étais obligé, pour la justice ».

D’ailleurs, le prétendant à l’Elysée s’est déjà défendu sur le plateau de Cyril Hanouna en disant « Ça m’a fait de la peine pour elle car c’est une grande profes­sion­nelle. »